Concocté par

Anne et ses succulents cactus

Insolite| Vues : 1475

C’est dans sa sublime boutique située dans le quartier des enfants rouge, remplie de succulentes qu’Anne Floux nous recevait, à quelques jours de la Saint-Valentin. Lorsqu’on lui demanda s’il est d’usage d’offrir un cactus à sa moitié pour la fête des amoureux, elle hésita avant de répondre en souriant : “C’est vrai que les cactus, c’est comme l’amour : c’est beau mais parfois, ça pique…”.

En 2003, Anne Floux quitte Besançon et ouvre les portes de ce temple dédié aux succulentes, une famille qui regroupe cactus, plantes grasses et euphorbes. Leur point commun ? Leur réserve d’eau, qui se trouve dans la partie aérienne de la plante.

Les plantes sont choisies une par une par la propriétaire des lieux, qui se fournit auprès de petits producteurs du Sud de la France. Elle fonctionne au coup de cœur : une forme, une couleur…

S’il est difficile pour elle de se séparer de ses découvertes, elle n’a pas vraiment le choix : “J’ai déjà 300 plantes chez moi, je n’ai plus la place… Même si, c’est vrai que régulièrement, je craque et j’en ramène une à la maison”.

A l’entrée, l’une d’entre elle retient l’attention de tous les clients : “C’est un coussin de belle-mère” leur explique Anne. Il doit son surnom à sa forme… et à ses nombreuses épines !


Un peu plus loin, sur la gauche, c’est un cactus d’un bleu surprenant qui attire le regard des visiteurs.

Cette ancienne technico-commerciale dans l’imprimerie a décidé de faire de sa passion son métier. Un amour des plantes et une connaissance encyclopédique qu’elle partage volontiers avec ses clients : en quelques minutes, nous découvrons l’existence de cactus comestibles ou hallucinogènes, nous révoltons contre le triste pillage de certaines espèces au Mexique et apprenons la façon dont ces plantes survivent aux périodes de sécheresse.

Son sens du détail et la fraîcheur de ses plantes ont fait sa renommée : ses cactus ornent les intérieurs de clients venus du monde entier. Difficile de résister, en effet : si vous y allez, vous risquez vous aussi d’être piqué !

Chiffres clés
2 à 3 siècles – c’est l’espérance de vie d’un cactus !
Il y a plus de 10 000 variétés dans le monde. 300 d’entre elles sont présentes dans la boutique.
Environ 30 fois par jour : quand on demande à la fille d’Anne, qui l’aide à la boutique, à quelle fréquence elle se pique avec une épine de cactus.

Votre adresse préférée dans le quartier ?

Sans hésiter, Jacques Genin, le meilleur chocolatier de Paris !

On entend souvent dire qu’un cactus ne s’arrose pas – est-ce vrai ?

C’est l’idée reçue la plus répandue, mais c’est faux. Toutes les plantes en pot sont dépendantes des propriétaires – en milieu naturel, un cactus fait 10 à 15 mètres de haut, et les racines peuvent descendre à 100 mètres sous terre, chercher l’eau dans les nappes phréatiques… En pot, ça n’est pas possible, il faut les arroser. C’est pour ça que je donne des fiches d’arrosage à mes clients, je les personnalise en fonction de la plante qu’ils choisissent.

Un grand merci à Anne pour son accueil !

Pour plus d’informations et voir comment vous rendre chez les succulents cactus, ce bouton est là pour ça :

 

Commentaires

commentaires