Concocté par

Alasinglinglin, brocante de charme

Insolite| Vues : 880

 

A quelques minutes du métro Oberkampf se trouve un quartier chaleureux, populaire et branché nommé Saint-Ambroise. Dans le village Popincourt, comme on l’appelle ici, se côtoient gaiement magasin de jouets, boulangerie sans gluten, restaurant indien et brocanteurs chez qui il fait bon flâner.

Alasinglinglin fait partie de ces derniers : nous n’avons pas pu résister à l’envie de pousser la jolie porte bleu ciel pour découvrir les trésors que renferme la boutique.

C’est Philippe Chevillon qui nous accueille pour nous parler de son métier. Cet ancien coiffeur a bifurqué vers le cinéma avant que sa passion pour les objets ne le rattrape : “j’avais toujours eu ça au fond de moi, sans me douter que je pourrais en vivre un jour”.

Il devient brocanteur et rencontre Nathalie et Bruno sur les marchés : aujourd’hui, ils tiennent chacun leur tour la boutique pendant que les autres vont chiner.

Chaque visite est différente : le stock tourne vite et mieux vaut ne pas tarder à acheter son coup de cœur, sous peine de le voir vous passer sous le nez !

Ce jour-là, à Alasinglinglin, on peut chiner un vélo, de jolis meubles français ou scandinaves des années 50-60, des lampes, des miroirs… : “On essaie d’acheter des choses qui nous font plaisir pour faire plaisir aux autres : on s’attache parfois à des objets mais on ne peut pas tout garder, alors le but, c’est de transmettre.”

Son métier, Philippe y est accro : “on est toujours sur le qui-vive, on cherche en permanence, on ouvre toujours l’œil quand on se balade.” Quant à nous, on n’a qu’une hâte : revenir admirer ses prochaines trouvailles !

Trois questions à Philippe d’Alasinglinglin
Quelles sont vos adresses préférées aux alentours ?

En face, il y a un petit restaurant qui est très bien, Isola. C’est un restaurant vénitien dans lequel je vais très souvent. Il y a aussi le Paris Féni, tenu par des Indiens adorables. Et puis Les deux amis, rue Oberkampf : ils proposent vraiment de la qualité, ça fait toute la différence.

Vous avez l’air de beaucoup aimer ce quartier ?

Oui, il y a une très bonne ambiance. Entre nous, on appelle le quartier “le village” :

On est très liés, on s’entraide entre brocanteurs, entre commerçants. L’été, on fait des pique-niques, on sort les tables et les chaises, les voisins viennent s’y greffer.

Et être brocanteur, ça n’est pas être un peu nostalgique ?

Au contraire ! Avec mes associés, on ne parle jamais de nos vies d’avant : il ne faut pas regarder en arrière. Certes, on aime les objets anciens, mais on ne s’y attache pas. Le matériel, ça n’est pas ça l’important. Chez moi, avant la crise, le décor changeait toutes les semaines : il y avait une table, des chaises ou un canapé qui se retrouvait en vente pour laisser la place à des nouveautés. Il faut que ça tourne, que ça vive, et toujours être tourné vers l’avenir !

Pour plus d’informations et voir comment accéder chez Alasinglinglin, ce bouton est là pour ça :

Commentaires

commentaires