Concocté par

Gentlemen 1919 : bien plus qu’un (bar)bier

Insolite| Vues : 1293

Dans le 8ème arrondissement de Paris, quartier des Champs-Elysées, se trouve un barbier pas vraiment comme les autres…

Chez Gentlemen 1919, de prime abord, rien à signaler : l’endroit est accueillant, très “dandy” avec sa décoration inspirée des années 20.

Des barbiers bien habillés s’affairent autour de leurs clients pendant qu’un jeune homme aux cheveux gominés cirent leurs souliers. Une ambiance rétro mais chaleureuse qui ravit les hommes d’affaires du quartier comme les touristes étrangers venus des grands hôtels voisins.

Mais nous ne sommes pas ici pour nous faire tailler la moustache… car ce barbier renferme un secret (pas si) bien gardé !

Au fond de la boutique, une porte discrète qui n’a l’air de rien mais qui cache un bar, un “speakeasy” comme on les appelait aux Etats-Unis pendant la Prohibition.

Un très bel espace dédié aux épicuriens (et épicuriennes) qui peuvent y boire un cocktail, déguster une planche ou fumer un cigare. Les alcools y sont soignement sélectionnés, les produits se veulent de qualité.

Lors de notre passage, un client déguste une coupe de champagne… en chaussettes ! Ses chaussures sont au cirage, de l’autre côté de la porte. Dans le fumoir, deux amis refont le monde tandis qu’un homme en costume-cravate sirote un cocktail en pianotant sur son ordinateur.

L’adresse, ouverte à tous, est volontairement peu mise en avant : les clients du barbier sont mis dans la confidence, les autres se la chuchotent et se la conseillent discrètement, comme à l’époque d’Al Capone. On compte sur vous pour ne pas (trop) l’ébruiter.

Trois questions à Maxime Simonneau, associé fondateur de Gentlemen 1919

Comment avez-vous choisi le nom Gentlemen 1919 ?

1919, c’est l’année de la Prohibition aux États-Unis. On a repris cette idée de bar caché, avec un décor un peu sombre, industriel… Côté barbier, on a opté pour une décoration années 1920 : du parquet, des tons camel, on est dans un univers 100% masculin. On a voulu recréer un esprit club pour gentlemen de l’époque – la cotisation en moins : chez nous, on peut se faire tailler la barbe, fumer un cigare et boire un cocktail, sans changer d’adresse.

Vous qui êtes un épicurien, quels sont vos adresses favorites à Paris ?

J’aime beaucoup les musées Jacquemart-André et Nissim de Camondo : ils sont proches du Parc Monceau qui est un havre de paix parfait pour se reposer et se détendre.

Comme restaurant, je conseillerais La Dégustation, rue Lepic. C’est un bar à champagne et à vin, et il y a une partie délicatessen avec des choses à emporter et à déguster à la maison.

Et puis, j’aime les petits bistrots parisiens, les brasseries où on mange des choses plus traditionnelles, vers Montmartre et Saint-Germain : j’apprécie cet aspect plus bucolique…

Un cocktail, une musique ?

Un bourbon avec du ginger ale : c’est puissant et tonique à la fois. Pour l’accompagner, j’écoute du jazz instrumental, du Miles Davis…

Merci à Maxime Simonneau et à toute l’équipe de Gentlemen 1919 pour leur accueil.

Le bar est ouvert de 9h à 2h du matin : pour vous y rendre, une seule entrée, par le barbier !

Pour plus d’informations et voir comment accéder chez Gentlemen 1919, ce bouton est là pour ça :

Commentaires

commentaires